Noir Blanc
Covid-19 / Afrique du sud : Tout sur les 2 nouveaux sous-variants d'Omicron

Covid-19 / Afrique du sud : Tout sur les 2 nouveaux sous-variants d'Omicron

il y a 4 mois | by: David Kodjani

Les scientifiques sud-africains, qui ont identifié Omicron à la fin de l'année dernière, ont signalé deux autres sous-variants d'Omicron, BA.4 et BA.5, comme étant à l'origine d'un pic de cas en Afrique du Sud.

Ces deux variantes sont majoritaires dans le pays. En effet, ils sont plus contagieux que les autres sous-variants d'Omicron.


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé le 4 mai que deux sous-variants d'Omicron, identifiés en Afrique du Sud, étaient à l'origine de la cinquième vague qui frappe le pays, le plus touché du continent africain par la maladie.



Lire aussi : Santé : Une Étude Révèle Que Le Cerveau Change Après Une Infection Au Coronavirus



Le variant Omicron a été détecté pour la première fois en Afrique du Sud en novembre 2021. Jusqu'à maintenant, il comptait "quatre lignées nommées B.1.1.529 (le premier à avoir été appelé Omicron), BA.1, BA.2 et BA.3", relatait l'OMS en janvier. Aux alentours de la fin de l'année 2021 et du début de l'année 2022, le variant BA.2 a été découvert dans plusieurs pays.


BA.4 et BA.5 semblent être plus transmissibles que les précédents sous-variants d'Omicron. Leur protéine Spike, qui permet au virus d'entrer nos cellules, portent deux mutations. Celle appelée L452R augmente sa transmissibilité, l'amenant à être environ 20% plus contagieux que le sous-variant BA.2. Elle n'est pas inconnue puisqu'elle est présente chez le variant Delta, particulièrement contagieux, qui a sévi dès l'été 2021.


L'autre mutation, appelée F486, "est associée à une réduction de la neutralisation des anticorps", selon Antoine Flahault. Elle pourrait engendrer une potentielle baisse de l'efficacité du vaccin contre ces deux sous-variants, a -t-il relevé auprès de La Dépêche.



Lire aussi : Vaccination / Covid-19 : Boostez Votre Immunité Avec Des Exercices Physiques



En revanche, la dangerosité de ces deux sous-variants est encore floue. "Il est trop tôt pour savoir si ces nouveaux sous-variants peuvent causer des formes plus graves de la maladie que les autres sous-variants d'Omicron", a déclaré le patron de l'OMS.


Source : France Info