Noir Blanc
Côte d'Ivoire : Abidjan acceuille la COP15 sur la lutte contre la désertification

Côte d'Ivoire : Abidjan acceuille la COP15 sur la lutte contre la désertification

il y a 9 jours | by: David Kodjani

La quinzième session de la Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) se tient depuis lundi 9 mai à Abidjan en Côte d'Ivoire.

Cette session intervient 3 ans après la COP14 qui a permis aux pays participants de décider d’atteindre la neutralité en matière de dégradation des terres. Elle permet aux Etats parties à la convention de lutte contre la désertification de faire de nouvelles négociations pour accélérer le processus.


Le thème de la COP15, “Terre. La vie. Héritage : de la rareté à la prospérité”, est un appel à l'action pour s'assurer que la terre, la bouée de sauvetage sur cette planète, continue de profiter aux générations présentes et futures.

Lire aussi : NB-ITTAS, Le Projet Africain Qui Vise À Améliorer La Gestion Du Bassin Du Niger

La COP15 réunit des dirigeants de gouvernements, du secteur privé, de la société civile et d'autres parties prenantes clés du monde entier pour faire le bilan de la lutte mondiale contre l’avancée du désert, et prendre des engagements liés à la future gestion durable de l'un de nos biens les plus précieux : la terre. ​


Il s’agira également de trouver un terrain d’entente entre les différentes parties prenantes à la convention, afin de définir des stratégies communes de lutte contre la désertification en prenant en compte les réalités de chaque pays.


L’initiative “Abidjan Legacy Program” présentée comme une solution ambitieuse pour restaurer les terres dégradées devrait également être au cœur des échanges.


La sécheresse, la restauration des terres et les catalyseurs connexes tels que les droits fonciers, l'égalité des sexes et l'autonomisation des jeunes figurent aussi parmi les principaux points à l'ordre du jour de la Conférence. 


D’après l’ONU, l'humanité a altéré 70 % de toutes les terres de la planète et jusqu’à 40 % d’entre elles seraient déjà dégradées. Cette situation menace la survie de la planète en accélérant le changement climatique, entraînant une perte de la biodiversité, la sécheresse, les inondations, la pauvreté et la faim, notamment.


Pour inverser ce processus, les pays s’étaient engagés à restaurer 1 milliard d’hectares dégradés, d’ici 2030, un objectif nécessitant un engagement mondial de 1600 milliards $ pour la décennie en cours.


Notons que cette conférence va s’étaler sur 10 jours et donc prendra fin le 20 mai prochain.



Vous pouvez suivre les débats de la COP en webdiffusion en cliquant ici.




Source : UNCCD, ECOFIN