Noir Blanc
Conflit Russo-Ukrainien, impact sur l'économie africaine

Conflit Russo-Ukrainien, impact sur l'économie africaine

il y a 2 mois | by: David Kodjani

La guerre en Ukraine pourrait avoir un effet dévastateur sur certains États africains en menaçant leurs économies.

Comme le note un article du site d'information sud-africain Daily Maverick, la guerre dans la lointaine Europe sera "ressentie dans chaque village et ville d'Afrique du Sud et du monde".


"Avant même que les premiers missiles n'aient été tirés, cette guerre a fait des ravages : elle a détourné des milliards de dollars vers le réarmement et les a empêché de s'attaquer à la pauvreté, aux pandémies, à l'éducation, aux inégalités et à la crise climatique naissante en cette année critique", a écrit Mark Heywood.


Lire aussi : Quel effet ont les sanctions de la CEDEAO sur l'économie malienne ?


Quel est l’impact de la guerre sur la vie quotidienne en Afrique ?


Les prix du pétrole ont déjà dépassé les 100 dollars le baril pour atteindre leur plus haut niveau depuis 2014.


Les budgets des pays producteurs de pétrole comme le Nigéria et l'Angola pourraient bénéficier d'un coup de pouce grâce à la hausse des prix, mais le coût des transports risque d'augmenter pour les habitants du continent. Cela aura un effet d'entraînement sur les prix de presque tous les autres produits.


"La hausse des prix des denrées alimentaires à l'échelle mondiale et celle des prix de l'énergie, qui font grimper l'inflation, constituent une double menace. Et lorsque les banques centrales réagissent en relevant les taux d'intérêt, cela devient une triple peine", a déclaré Charlie Robertson, économiste en chef mondial chez Renaissance Capital.


C’est actuellement le cas au Togo où le pétrole est devenu une denrée rare donnant des scènes de station bondée à chaque coin de la capitale Lomé.


Malgré ces menaces, pour Patrick Smith, rédacteur en chef de la publication Africa Confidential, la guerre peut également offrir d'énormes opportunités aux pays producteurs de pétrole et de gaz.


"L'Europe doit rapidement trouver des alternatives au gaz russe, et les alternatives les plus fiables se trouvent en Afrique. C'est une excellente occasion pour les États africains d'intervenir et de conclure rapidement de nouveaux accords", a-t-il ajouté.


Selon lui, le plus grand danger auquel l'Afrique est confrontée est la hausse probable des prix du pain. La raison ? La Russie et l'Ukraine fournissent environ 30 % du blé mondial.


"Le prix du pain a été un moteur de l'instabilité politique, et a déclenché le printemps arabe. Les pays du Maghreb - l'Égypte, la Tunisie, le Maroc, la Libye et l'Algérie, qui dépendent fortement du blé - pourraient être les plus touchés par le resserrement de l'offre et la hausse des prix", a déclaré M. Smith.


Lire aussi : Sanctions de la CEDEAO contre le Mali : quel effet sur l'économie des pays frontaliers ?


De son côté, le Kenya s'inquiète particulièrement de l'impact que la guerre - et les sanctions financières à l'encontre de la Russie - pourraient avoir sur son industrie vitale du thé. La Russie figure parmi les cinq premiers consommateurs de son thé, ce qui aide le Kenya à gagner des devises étrangères.


"Le thé et les autres boissons sont classés dans la catégorie des produits alimentaires et ne devraient normalement pas être affectés par les sanctions commerciales", a déclaré Edward Mudibo, directeur général de l'East Africa Tea Traders Association (EATTA).


En plus des morts que cause une guerre, elle a des impacts négatifs sur l’environnement et sur le quotidien des populations et la distance n’y change rien.


Source : BBC